Tourisme équitable et solidaire

Par opposition au tourisme « de masse », le tourisme équitable et solidaire vise à établir des relations plus équilibrées entre touristes (du Nord le plus souvent) et populations d’accueil (du Sud). Il s’agit d’assurer aux communautés d’accueil une part équitable des revenus générés, tout en les protégeant des effets néfastes du tourisme (atteintes à l’environnement ou à l’équilibre économique, social ou culturel des sociétés autochtones). Concrètement, cela débouche sur un ensemble de critères visant au respect des habitants et de leur mode de vie, à une véritable rencontre entre les touristes et les populations autochtones, à la durabilité des progrès amenés par le tourisme.

L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature, et la prise de conscience du voyageur des multiples conséquences de sa venue sont essentielles.
Dans ce cadre éthique, le tourisme permet de concevoir de nouvelles formes de solidarité et peut devenir un instrument de développement et de lutte contre la pauvreté. C’est le constat que font certaines associations de solidarité internationale de la région Centre, comme La Saharienne.
La saharienne est née du constat qu’un nombre croissant de personnes souhaitait voyager dans un esprit d’ouverture et de solidarité. Elle s’appuie sur les populations d’accueil, qui ont manifesté le souhait de s’investir collectivement dans un projet d’accueil touristique reflet de leur culture, de leur mode de vie et de leurs aspirations au développement.

Le projet de La Saharienne vise à :

  1. Elaborer une offre touristique alternative dans le cadre du tourisme équitable et solidaire au Niger, au Maroc et au Tchad pour permettre aux populations nomades toubous et berbères, de bénéficier des retombées économiques du tourisme.
    Aujourd’hui, la première phase d’expérimentation est réalisée : création de 5 circuits au Tchad, au Niger et au Maroc.
  2. Répondre de façon satisfaisante à la demande croissante d’un public soucieux de voyager « autrement », en privilégiant l’échange et les actions de solidarité internationale.
  3. Mettre en place des actions de coopération économique et culturelle entre des communes du Sud et des communes françaises en vue de favoriser le tourisme solidaire.
  4. Mener des actions de sensibilisation pour promouvoir un tourisme plus respectueux.
    La Saharienne dispose d’un agrément préfectoral pour organiser des voyages y compris à l’international.

Ce projet a permis de créer des emplois locaux, et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des Toubous et des Berbères en répondant à certains besoins essentiels : création d’écoles nomades, forage de puits dans les camps nomades pour abreuver le bétail, actions pour la santé…

En région Centre, une dizaine d’associations sont engagées pour le développement d’un tourisme solidaire et équitable. Elles se rassemblent au sein d’un groupe de réflexion et d’échanges animé par Centraider.

Issouf ELLI MOUSSAMI,
président de l’association La Saharienne et vice-président de Centraider

  La Saharienne
26, rue Paul Sabatier, 37300 Joué-lès-Tours
Tel. : 02 47 67 26 96
lasaharienne@aliceadsl.fr www.tourisme-equitable.asso.fr  
  CENTRAIDER
59 bis faubourg Chartrain – 41100 Vendôme
Tel./Fax : 02 54 80 23 09
contact@centraider.org  www.centraider.org  

En savoir plus :
ATES – Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire
(Premier réseau national du tourisme équitable et solidaire)

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires